Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La deuxième enquête (après Les captives de l’aube en 2006) de la journaliste et enquêtrice sud-africaine Clare Hart la conduit à Walvis Bay en Namibie, une ville portuaire aux portes du désert du Namib où une succession de meurtres d’enfants des rues sème la confusion. Crimes crapuleux ou provocations de la part d’une ethnie désireuse de récupérer les territoires dont elle a été spoliée ? Ce sont les deux pistes qu’entendent privilégier les autorités d’une ville que la crise de la pêche a mis en grande difficulté et qui attend beaucoup du tourisme et des investisseurs. Ce n’est pas toutefois l’avis de Tamar Damases, la jeune capitaine en charge de l’enquête, qui décide de solliciter Clare, bientôt assistée du capitaine Faizal, de la police du Cap.

Désert du Namib

Sur fond de récession économique dans une zone marquée au fer rouge par l'ancien colon sud-africain et ses méthodes brutales de gestion, peu s’émeuvent de l’assassinat de ces "orphelins du sida" qui survivent sur les décharges publiques. Mais quand l’affaire prend un tour plus politique et fait resurgir des épisodes peu glorieux du passé, les choses se compliquent. Trouver un bouc émissaire en la personne d’un membre de la tribu nomade des Topnaars se révèle alors bien pratique...  

Phare de Walwvis Bay

Roses de sang s’inscrit dans la tradition du polar, avec des assassinats, une enquête de procédure, des fausses pistes...  Un récit un peu complexe pour les lecteurs non familiers de l’histoire mouvementée de la Namibie – colonie allemande puis sud-africaine, sous le régime de l’apartheid jusqu’à une Indépendance acquise au prix de combats féroces – dont la composition ethnique est très diverse. Ainsi, Tamar Damases appartient à la communauté Nama et l’un de ses adjoints est Herero. Entre les Noirs issus de différentes ethnies, les Blancs descendant des colons allemands ou afrikaners et les Métis, les choses ne sont pas faciles à gérer, encore moins quand deux « intrus » sud-africains viennent prêter main-forte à leurs collègues… ou, pour certains, se mêler de ce qui ne les regarde pas.

Roses de sang est un polar particulièrement intéressant pour sa composante politique et anthropologique, qui occupe la majeure partie du livre. Sur le plan de la narration, on peut lui reprocher une fin aussi conventionnelle – des protagonistes mis en danger par leur confrontation avec les tueurs – que prévisible avec un sauvetage in extremis. Cela est bâclé en quelques pages et reste finalement peu crédible.

ORFORD Margie (2009), Roses de sang (Blood rose, 2007), Paris Payot – Rivages.

Tag(s) : #Afrique du Sud, #Romans en anglais, #Afrique australe

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :