Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur fond de sécheresse, de misère et de villages déplacés, c'est une histoire sanglante que conte le Malien Modibo Sounkalo Keita dans L'archer bassari (1984), considéré comme le premier roman policier africain de langue française.

Dans une ville du Sahel que l'on chercherait en vain sur une carte, plusieurs figures locales, dont les affaires florissantes ont peut-être des origines douteuses, sont victimes d'un mystérieux archer. Mbaye, le commissaire local, pourtant entouré d'une bonne équipe, est d’abord un peu perdu devant une affaire plutôt opaque impliquant des commerçants locaux et des politiques, mais aussi quelques proxénètes et leurs protégées… Il pourra toutefois compter sur l'aide de Simon Dia, un ami journaliste qui cherche pour sa part à découvrir sur le terrain les dessous de l'aide financière et alimentaire apportée, ou pas, aux victimes d'une sécheresse endémique.

« Un reportage sur les beuveries et les festins comme celui-ci, ces gaspillages incroyables, cet étalage insolent et grossier de richesses très souvent acquises aux dépens des sinistrés, feraient ressortir, bien que de façon caricaturale, le contraste saisissant et scandaleux avec des affamés mourant de faim à 50 km de la capitale parce que les secours qui leur étaient destinés avaient été détournés à d'autres fins. » © Karthala, 1984.

Qui se cache derrière le mystérieux tueur en série ? Que penser du détournement de l’aide alimentaire par ceux dont l'intérêt personnel prime sur la solidarité ? Les forces des esprits peuvent-elles l'emporter sur la rationalité ? Cri d’alarme dans les années 1980, toujours d’actualité, sur la catastrophe écologique et humaine qui menaçait le Sahel, parfois proche de l’essai, L'archer Bassari, qui mêle habilement intrigue policière, considérations politiques et remarques ethnologiques, est l'oeuvre d'un très grand écrivain. On ne peut que regretter que Modibo Sounkalo Keita ait privilégié sa carrière de journaliste au détriment de l'écriture romanesque. 

Le roman a obtenu en 1985 le Grand prix littéraire de l'Afrique noire et le Grand prix du Syndicat des journalistes et écrivains français.

KEITA Modibi Sounkalo (1984), L'archer Bassari, Paris, Karthala.

Tag(s) : #Mali, #Romans en français, #Afrique de l'Ouest

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :