Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui a intérêt à déstabiliser la république du Voulou, un (rare) exemple réussi de développement économique et du dialogue Nord-Sud, et à faire chuter son Président-Fondateur, le « Bien aimé » ? Qui a commandité les assassinats de deux hommes d’affaires français, venus concrétiser de juteux contrats ? Tout cela est-il-lié ? Pas si simple, mais les événements suscitent assez d’inquiétude pour alerter les services spéciaux de la CDEAO et envoyer à Kango l’agent spécial sénégalais Bara Ndiaye.

Il ne manque rien dans Fureur noire à Kango de ce qui faisait en 1988 le bon polar d’aventures, africain ou non. Et, si l’on en croit la quatrième de couverture – « Sadisme, sexe, crimes » – tous les ingrédients seraient réunis. C’est un peu racoleur tout de même : des crimes?  Oui, c’est un polar ; du sadisme? Pas vraiment ; du sexe? Des scènes un peu chaudes mais assez convenues (nous sommes à l’époque de SAS) et plutôt soft.

Au niveau de l’intrigue, le roman tient la route et l’on se prend à s’intéresser à cette tentative par des hommes d’affaires proches du pouvoir de prendre sérieusement le destin du pays en main et de se débarrasser d’un régime qui connait certes des résultats encourageants – maîtrise des outils de production, autosuffisance alimentaire, etc. – mais est jugé trop proche des militaires à leur goût. Derrière de gigantesque complot, qui s’appuie sur des opposants en exil, se profile l’éternelle querelle du libéralisme contre l’étatisme, le libéralisme consistant ici essentiellement à s’enrichir encore un peu plus pour ceux qui le prônent….

« Bien, reprit Kakou, je crois que nous sommes assez avancés maintenant pour agir avec fermeté. Ce ne sera pas si près du but que l’on se laissera coiffer au poteau. Nous avons beaucoup fait, trop fait même, pour une redistribution des cartes au Voulou. Nous n’avons jamais reculé devant qui que ce soit encore moins un petit fouineur de Sénégalais à la manque. » © Nouvelles éditions africaines, 1987

Si les thèmes sont encore et toujours d’actualité, le style a pris un sérieux coup de vieux et le lecteur d’aujourd’hui se lassera peut-être vite. Du fait des stéréotypes, avec un agent spécial sans peur et sans pitié, des chefs efficaces, une belle complice des comploteurs aussi traîtresse que fatale, des méchants très méchants, etc. Aussi de par l’exotisme dont joue l’auteur, ce qui atteste du désir de dépasser la cible, privilégiée, du lectorat local, pour toucher de lecteur européen, dont la tâche est facilitée par des notes de bas de page.

Pas de grand suspense donc dans Fureur noire à Kango, car comme l’écrit Iba Dia dans un autre roman, Mission à Libreville, « comme dans toute bonne fiction politique, la raison d’Etat finira par triompher. » et le Président-Fondateur, le ‘Bien aimé » en sera quitte pour un nouveau discours.

DIA Iba (1988), Fureur noire à Kango, Paris, Nouvelles édition africaines.

Tag(s) : #Sénégal, #Romans en français, #Afrique de l'Ouest

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :