Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il n’est pas évident de classer ce livre parmi les romans policiers, même si l’intrigue porte en partie sur la recherche de la vérité qui, une fois trouvée, entraînera une spirale de vengeance. Fruit amer (Bitter fruit, 2001) jette un regard sans pitié, parfois ironique, sur l'histoire politique de l'Afrique du Sud et sur l’héritage de l’apartheid pour ceux qui y vivent. En ce sens, il intéressera ceux que passionnent les romans de Deon Meyer, Mike Nicoll ou Louis-Ferdinand Despreez.

La première fois que Silas Ali, un militant du Congrès national africain de Nelson Mandela, a rencontré le lieutenant Du Bois, il était enfermé à l'arrière d'une camionnette de police alors que le policier violait son épouse Lydia. Quand Silas, vingt ans plus tard, reconnait Du Bois dans un centre commercial, les crimes du passé remontent à la surface et viennent briser la paix fragile de la famille Ali. Surtout quand Mikey, le fils de Lydia et Silas, une fois découvert le secret de sa naissance, devra affronter le passé de ses parents.

Fruit amer est le récit douloureux de la façon dont nous traitons les plaies les plus profondes du passé. L'expression de cette amertume se retrouve dans la décomposition de la famille Ali, dans les pulsions et la sexualité troublée des différents protagonistes, que ce soit la violence du viol initial et l'apathie des relations sexuelles non désirées qui s’ensuivent, mais aussi l'infidélité, l'homosexualité, ainsi que les attirances incestueuses : père et fille, mère et fils, neveu et tante.

Histoire poignante du destin d’une famille fragile à la croisée des chemins, confrontée à une histoire que la Commission de vérité et de réconciliation peine à effacer, Fruit amer est un roman très noir sur cette nouvelle société sud-africaine qui ne parvient pas à surmonter vraiment les drames de son passé.

« Le pire, c’était quand les flics arrivaient avec leurs regards glacés et leurs airs de reproche, faisant vrombir le moteur du panier à salade, jusqu’à ce que vous vous dispersiez lentement, vous et vos amis, tel un troupeau d’animaux stupides, furieux d’être chassés de leur point d’eau favori. » © Mercure de France, 2004.

DANGOR Achmat (2004), Fruit amer (Bitter fruit, 2001), Paris, Mercure de France.

Tag(s) : #Afrique du Sud, #Romans en anglais, #Afrique australe

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :