Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un cadavre dans la case d’un village isolé : celui du chef de l’Etat, N’Zo Nikiema. Un mystère : qui a autrefois violé et tué la petite Kaveena, fille unique de Mumbi, artiste peintre et maîtresse du président défunt. Nous sommes dans un pays africain comme il y en a tant et un coup d’état chasse l’autre... Le président sortant (sorti) s’est réfugié dans un de ses refuges secrets et, quand le roman débute, le colonel Asante Kroma, chef de la police politique chargé de l’arrêter après l’avoir fidèlement servi, le trouve mort sur le sofa de l’atelier de Mumbi. Kroma découvre alors dans un bunker sous la maison des documents, dont un journal intime ou plutôt une longue lettre de justification à l’intention de Mumbi. Enfermé dans la case dans un tête-à-tête macabre, le colonel va se remémorer le passé, refaire l’histoire de l’accession au pouvoir de Nikiema et tenter de reconstituer sa fuite et les circonstances de sa mort.

Voici donc le colonel Kroma amené à démêler les sombres secrets d’un système dont il a été le serviteur loyal. N’a-t-il pas contribué à l’arrivée au pouvoir de N’Zo Nikiema et n’a-t-il pas été de toutes les exactions pour le maintenir en place ? Que sait-il du meurtre rituel de Kaveena et de ses commanditaires, ces « hommes forts qui ont les moyens de financer de telles opérations », et que trouvera-t-il en fouillant le passé ? Deux intrigues convergent, l’une reconstituant le parcours politique d’un homme parti de rien pour devenir un président avide et corrompu, l’autre rappelant le destin atroce de Kaveena, victime d’un assassinat visant à satisfaire les appétits de pouvoir de politiciens sans scrupules. Mais la mort de la petite fille ne demeurera finalement pas complètement impunie, les meurtriers, dans leur arrogance et leur assurance de l’impunité, n’ayant pas pris en compte la fierté d’une famille qui refusera le prix du sang et la détermination d’une mère à se venger d’un homme et, à travers lui, d’un système.

Aussitôt après avoir posé la question, j’ai compris qu’il voulait parler de la mallette. Cette fois-là, j’ai ri de non cœur. Ce vieux m’était décidément sympathique. Quant à lui, ses yeux pétillaient d’une malice quasi enfantine. C’était vraiment un homme extraordinaire. Cela ne m’étonne pas aujourd’hui que sa fille Mumbi ait fini par tenir l’ancien président sous son pouvoir. J’avais compris dès cette époque que nous n’en finirions pour ainsi dire jamais avec le meurtre de Kaveena. C’était simple : Castaneda n’a pas eu de chance. Il n’a juste pas tué la bonne petite fille.© Editions Philippe Rey, 2006.

Kaveena, récit aux accents policiers plus que polar, est un long monologue lucide, précis et désespéré, décrivant sans ambiguïté et avec force détails l’histoire d’une Afrique doublement meurtrie et humiliée, par ses colonisateurs –ces hommes conscients « de représenter chez un peuple soumis une race et une nation supérieures. » – puis par ses propres enfants. Tombée entre les mains de politiciens sans scrupules, qu’ils soient étrangers ou locaux, elle doit composer avec des dictateurs avides et sans pitié pour leurs ennemis et pour ceux qui furent un jour leurs amis ou leurs alliés. Dans un monde d'où l'innocence est absente et qui se décompose, comme pourrissent les provisions amassées dans le bunker souterrain de Nikiema, Kroma essaie de comprendre avant que le destin ne le rattrape à son tour. Craignant pour sa propre vie  – « Ma propre mort rôde d’ailleurs autour de moi car je ne vois pas comment je pourrais sortir d’ici sain et sauf. » –, terré dans ce qui est devenu une sorte de mausolée étouffant de chaleur et de puanteur, entouré de portraits inachevés de Kaveena peints pas sa mère, le brillant colonel n'est plus lui aussi qu’un mort vivant, égrenant les vérités comme les mensonges et revenant sur une histoire qui ne cesse et ne cessera jamais de se répéter.

Finalement, ça ne s’est pas bien passé pour moi, la vie. J’ai manqué mon idéal : n’avoir jamais vécu. Oui, c’était la meilleure chose qui aurait pu m’arriver : rien. Le plus beau des rêves en définitive. © Editions Philippe Rey, 2006.

DIOP Boubacar Boris (2006), Kaveena, Paris, Philippe Rey.

Tag(s) : #Sénégal, #Romans en français, #Afrique de l'Ouest

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :