Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C’est l’histoire de deux flics noirs new-yorkais à la retraite, John W. Dubois et Edward Smith, qui croient dur comme fer avoir servi de modèle aux célèbres Coffin Ed Johnson et Gravedigger Jones - en français Ed Cercueil et Fossoyeur Jones - imaginés par Chester Himes. A moins qu’ils ne se soient un peu trop identifiés à ces héros de papier. Quoiqu’il en soit, quand ils apprennent que Himes a décidé de faire mourir ses deux inspecteurs de Harlem dans le prochain (et dernier) livre qu’il rédige dans sa retraite européenne, la vie de Dubois et de Smith bascule et ils prennent le premier vol pour Paris puis pour Alicante. Hélas, ils n’arriveront que pour apprendre la mort du maître.

C’est aussi l’histoire d’Amos Yebga, journaliste camerounais à Paris, qui enquête dans le microcosme africain parisien sur la mort soi-disant accidentelle d’un petit dealer et sur la disparition de sa sœur. De restaurants exotiques en boites de nuits, Amos rencontre tout un monde haut en couleur, patrons de bars, petits trafiquants, marabouts, organisateurs de spectacles, sans oublier des serveuses et danseuses peu farouches.

La question que se pose le lecteur dès le début de Cercueil & Cie, c'est à quel moment les deux histoires ne vont faire qu’une. Ce sera sur un trottoir de la rue des Abbesses, quand les deux flics en goguette tireront la journaliste d’une situation délicate. Le reste du roman est une longue enquête officieuse sur des personnages louches impliqués dans le trafic d’objets d’art volés et l’achat d’armes, chacun y allant de ses propres méthodes : l’investigation pour Yebga, les filatures et les interrogatoires musclés pour Dubois et Smith qui, au passage, « démonteront» complètement une boite de travestis, personnel compris.

Tout cela est très enlevé avec des personnages bien typés. Njami Simon (qui a écrit une biographie de James Baldwin) se livre également à de pertinentes réflexions sur la vie des Africains à Paris et, plus généralement, sur la  place des Noirs dans la société. Au niveau du polar, Cercueil & Cie reste un roman noir classique et l’on peut regretter que l’auteur n’ait pas poussé plus loin l’analyse de la personnalité des deux flics égarés à Paris, qui joueront leur rôle jusqu’au bout. Un roman à découvrir et un hommage émouvant à Chester Himes.

« Paradoxalement, l’étranger était le seul endroit où les Africains formaient une véritable nation. Où Congolais, Ivoiriens, Camerounais et Sénégalais se considéraient comme des frères issus d’un même pays. L’unité africaine ne pouvait se vivre qu’hors frontières, en réaction à l’hostilité ambiante. » © Lieu commun, 1985.

NJAMI Simon (1985), Cercueil et Cie, Paris, Lieu commun.

Tag(s) : #Romans en français, #Cameroun, #Afrique centrale, #Diaspora

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :