Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le major Tsham Sakayonsa aurait dû prendre les gris-gris trouvés devant sa porte un peu plus au sérieux ! Lui « qui charriait la gent fétichiste, les marabouts et les maraboutés, les tronches vouées au maraboutage » aura beau faire intervenir un aumônier papiste pour pratiquer exorcisme en règle, cela ne l’empêchera de se trouver nez à nez avec un poids lourd des FAZ. Ni sa mini-Austin, ni lui n’en réchapperont !

Voici donc Kizito, dit Zito, principal protagoniste du roman et frère du défunt, obligé de quitter Paris pour Kinshasa afin d’assister aux obsèques. Avec l’idée de repartir sitôt cette formalité accomplie. C’est bien mal connaître l’Afrique, où tout ce qui touche à la mort prend une importance extrême. Aspiré dès son arrivée à l’aéroport dans une succession de déboires et de maraboutages, Zito, « Euroblack » rationaliste, devra s'assurer les services de la SOGA-7, une société de sécurité et de surveillance dirigée par un expat anglais plus vrai que nature pour enquêter sur la mort mystérieuse du major.

« -    T’as vraiment du bol, lui susurra-t-il en piochant sur les 10 000 FF des obsèques. Bicause je peux te coffrer pour l’importation frauduleuse d’une monnaie étrangère ; un crime économique passible d’un long séjour au gnouf. Mais on est cools, puisqu’on se partage moitié-moitié, solidarité oblige.
Le requin empocha quelques billets, en refila d’autres à ses compères. Babines frémissantes et narines dilatées, il détendit les bras dans un geste seigneurial, remit le reste au client. La mine désabusée de celui-ci lui arracha sa première BA de la journée :
« Fais pas cette bobine, camarade : t’a encore de quoi mastiquer, jouer au croque-mort, voire ambiancer ! » © Gallimard-Série noire, 1998 

Et il faut faire face aux mœurs et aux usages du pays après quinze ans d’absence : Zito a beau se méfier de tout et de tous, il n’en revient pas de toutes les tuiles qui lui tombent dessus : racket organisé (fonctionnaires divers et de tous grades), extorsion sous la menace (voyous en tous genres), intimidation (femmes vénales). Dans ce monde zaïrois de pouvoir arbitraire et de fric, il est difficile de trouver son chemin, surtout quand la sorcellerie s’en mêle, comme ce fut le cas pour le major :

« Qu’est-ce-qui a pu le pousser à ces diableries ?
Contrer les sortilèges, préserver sa position sociale, gérer le cours de sa carrière, neutraliser ses chefs. Un programme de survie. Les dangers encourus au cours des opérations militaires avaient créé chez lui un autre besoin : jouir de l’invulnérabilité. En clair, passer invisible devant un camp ennemi, feinter les balles. Ils sont tous pareils, déplora Maïsha avec amertume. Tous. Les uns cherchent à dominer les autres. Et vice versa. » © Gallimard-Série noire, 1998

Portrait sarcastique du Zaïre des années 90 et du cynisme de ses dirigeants « kleptocrates » (les choses sont-elles différentes aujourd’hui ?), Sorcellerie à bout portant est une plongée dans la vie d’une population en grande difficulté pour qui le fatalisme reste l’ultime rempart contre la dureté du quotidien. Un monde de violence où survivre à tout prix entraîne corruption généralisée et magouilles de toutes sortes, racket et violence. Question style le lecteur est gâté : le mélange d’argot français, de verlan et d’expressions kinoises (glossaire fourni en fin de volume) donne naissance à une langue imagée et fleurie. Un peu trop peut-être quand Achille F. Ngoye se laisse emporter pas son propre lyrisme aux dépens de l’intrigue (comme chez San Antonio parfois). Sorcellerie à bout portant n’est pas seulement un bon polar « à l’africaine », c'est un excellent polar !

NGOYE Achille F. (1998), Sorcellerie à bout portant, Gallimard, coll. « Série noire ».

Tag(s) : #Romans en français, #Congo (RDC), #Afrique centrale, #Diaspora

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :